L’AES Tours a besoin de vous !

L’AES Tours a besoin de soutien

Le jeudi 15 octobre 2015, le Conseil de l’UFR de Tours a voté la suppression de la licence AES dans le cadre du prochain contrat d’établissement. Dans l’optique d’instaurer un système de Majeur/Mineur, le conseil a statué en se basant sur la place de la filière AES qui, selon lui, n’aurait plus de légitimité dans ce contexte.

Avant toute chose, il est judicieux de rappeler les objectifs de la filière. Cette licence unifiée créée en 1973 prend ses forces dans sa pluridisciplinarité.  Elle offre à ses futurs étudiants un outil de compréhension et d’analyse de la société contemporaine, dans ses dimensions juridiques, économiques et sociales. En effet, elle représente un équilibre entre les matières fondamentales telles que le droit, l’économie, la gestion, l’histoire et les sciences humaines et sociales, mais aussi des matières plus techniques comme l’informatique, la fiscalité, la comptabilité et les langues. Elle a pour objectif de stimuler la capacité d’adaptation des étudiants pour les préparer à agir dans une société complexe. Les élèves qui en sont diplômés, partent avec la capacité de produire avec un vocabulaire et des outils adaptés, des analyses argumentées et logiques dans les trois champs disciplinaires cités au préalable.

Par la suite, ses étudiants ont la possibilité de continuer leurs études dans une multitude de domaines. Il serait maladroit de ne pas mettre en avant le rayonnement national de cette filière. La licence AES permet de passer différents concours (Ecole de commerce, Institut d’Etudes Politiques, fonction publique d’Etat, fonction publique territoriale, fonction publique hospitalière, Enseignement…) mais aussi de s’inscrire dans des Masters de Droit, d’Economie et de Gestion.

Ainsi, en revenant sur la description de cette filière de réussite, est-il sage de s’en priver sachant qu’elle regroupe plus de 800 élèves, licence/master compris ?  Dans un dispositif de Majeur/Mineur,  a-t-elle toujours raison de sa place ? Pourtant l’Université de Clermont-Ferrand ou même de Lyon 2 ont su conserver cette licence tout en mettant en place ce système. Les nouveaux textes de l’enseignement demandent des spécialisations progressives pour faciliter les réorientations de la licence 1 jusqu’à la licence 2, de développer des compétences transversales, de ne plus être mono-disciplinaire, de devenir des étudiants mixtes. Mais la licence AES ne propose-elle pas déjà ces acquis ?

Le conseil lui reproche des taux d’échecs élevés mais regardons les statistiques du taux de réussite de l’observatoire de la Vie Etudiante en 2013-2014 à Tours:

  • L1 AES 60% ; L2 70%; L3 parcours AGE 84%; parcours AGT 100%; parcours AGSS 100%
  • L1 Droit 63%; L2 Droit 66%; L3 Droit, 86%
  • L1 Eco 58%; L2 64%; L3 74%.

Avons-nous un argument non faussé par la réalité des chiffres ?

Le Conseil met en avant qu’il n’existe pas d’étudiants étiquetés AES et qu’ils choisissent cette formation car, l’UFR François Rabelais le propose. D’après eux, on irait en AES car, on ne sait pas quoi faire ou bien car, nos professeurs du secondaire nous le conseillent. Il espère que ces professeurs guideront leurs élèves dans les autres filières vu qu’AES disparaîtrait. Peut-on juger l’avenir de la filière sur des arguments aussi subjectifs ? Que devons-nous faire pour faire changer la vision de cette licence ? Il est grand temps de penser que nous ne la choisissons pas par défaut.

Il est vrai que nous avons une partie de nos étudiants en L1 qui sont présents en amphithéâtre par défaut, mais c’est loin d’être une généralité. Cette licence ne répond-elle pas à un mal-être du passage du secondaire au supérieur ? N’aide-t-elle pas les étudiants à choisir leurs futures filières ? Qui n’a pas entendu des lycéens exposer leurs problèmes pour choisir leurs futures études? Nous-même, étudiants dans le supérieur, n’avons-nous pas eu  ce problème ? De plus, le système de réorientation vient aider les étudiants à changer de filière sans perdre de temps dans leurs années Universitaire. Cet ensemble ne saurait fonctionner avec la disparition de la licence AES.

Mais, il serait judicieux de prendre en compte le nombre d’élèves qui se réoriente en AES car, le phénomène ne fonctionne pas que dans un sens. Sur l’exercice 2013-2014, c’est 28 élèves venant de filières diverses et variées qui ont demandé d’intégrer le S2 AES (chiffres de l’OVE). Par ailleurs, le nombre d’étudiants intégrant les masters AES et venant d’autres filières n’est pas négligeable. Si la filière AES venait à disparaitre la question se poserait aussi sur l’avenir des Masters.

Ainsi, sur l’ensemble des problèmes soulevés par cette envie de suppression, il est important de mettre en avant qu’aucun représentant de l’équipe pédagogique de la filière AES a été invité pour défendre notre cause. Les réunions en amont qui eurent lieu sur la préparation du nouveau contrat d’établissement ne soumettaient pas la fin de cette licence. Au contraire elles abordaient son évolution et des membres de l’équipe pédagogique étaient bien présents.

Si la filière AES venait à disparaitre à Tours, les étudiants n’iront-ils pas dans d’autres Universités où l’AES, qui est présente dans l’arrêté du 22 janvier 2014 fixant la nomenclature des mentions de licence y serait encore ? Que ferons-nous des étudiants engagés dans ce cursus ? A-t-on basé ce débat sur leurs avenirs ?

Il est important d’agir rapidement, il nous est impossible de passer sous silence les conditions dans lesquelles le conseil de la Faculté de Droit, Economie et Sciences sociales de Tours a pris sa décision. Il est important d’avertir l’opinion publique pour permettre de sauver la filière.

Ainsi, nous faisons un appel à l’aide ! Toutes les bonnes volontés sont les bienvenues.

Sauvons la filière AES.

Tours,

Le 27 Octobre 2015,

Gauthier Reboul,

Président de PROMO AES TOURS.

Soutenu par,

Alexandra Dupichot,

Présidente de l’Union Nationale des Etudiants en Droit, gEstion, AES, Sciences Economiques, Politique et sociales (UNEDESEP).

Etienne GSTALTER,

Président de Promotion et Défense des Etudiants (PDE).

12038109_932672953481744_4775191749172192475_n

Reply