L’UNEDESEP demande une adaptation de la sélection à la filière des étudiants concernés.

De récentes rumeurs font état de la création d’un groupe de travail visant au déplacement de la sélection du Master 2 au Master 1.

L’UNEDESEP, Union nationale des étudiants en droit, gestion, AES, sciences économiques, politique et sociales, ainsi que l’ensemble de son réseau font part de leur inquiétude si une telle évolution se confirmait. Elle s’inquiète en effet de ce que les particularités disciplinaires ne soient pas respectées.

La nécessité de la conservation de la sélection entre le Master 1 & le Master 2 en Droit

 

S’agissant du Droit, le système de sélection actuel est relativement accepté par les étudiants. L’ensemble du cursus suivi est irrigué par la finalité du Master 2. Si ce système peut semblercruel, car le mécanisme de sélection à son entrée se sanctionne par une inégalité des diplômes délivrés au niveau BAC +5, il demeure néanmoins important pour les étudiants. Il y a deux raisons à cela.

D’une part, la sélection en quatre ans permet aux étudiants d’avoir le temps d’assimiler la particulière rigueur du raisonnement juridique pendant les deux premières années, et d’ensuite faireleurs preuves sur les deux autres. D’autre part, cela permet d’avoir une sélection finale plus juste : un jury est plus à même de juger la régularité ou la progression d’un étudiant sur quatre années que surtrois.

Ces constatations sont notamment issues du phénomène de dévalorisation de la Licence : cette dernière ne permet plus de juger suffisamment du niveau atteint par l’étudiant. En outre, plusgénéralement, il faut prendre en compte l’augmentation considérable du stress lié aux études : la concentration de la sélection sur trois années au lieu de quatre ne peut avoir pour seule conséquenceque d’augmenter cette situation actuelle alarmante, constatée par l’ensemble des enquêtes santé menées auprès des étudiants.

La problématique des concours

 

Il faut prendre en compte une autre problématique commune aux filières de droit & d’économie- gestion : l’accès aux concours n’est pas le même selon les filières. Dans la première, elle se sanctionneà l’issue de la première année de Master, dans la seconde, à l’issue de la Licence. Selon la discipline suivie, la sélection au niveau de l’entrée en Master instaurerait donc une inégalité entre les étudiants selon ladiscipline suivie quant à  l’accès  aux  concours,  et  donc  l’insertion professionnelle.  Un  système unique  ne  peut  s’adapter  aux problématiques particulières des disciplines suivies à l’Université.

Un Master 1 insuffisant

 

Dans le contexte actuel de volonté de diminuer la dépense publique, cette volonté de déplacer la sélection aurait pu s’inspirer du modèle anglo-saxon, qui sanctionne le premier point de sortie del’Université après seulement quatre ans via l’acquisition du « Bachelor of Honor ». Au vu du coût considérable des Masters 2, Il aurait ainsi pu paraître audacieux que de mettre en place le même système en France afin de diminuer le nombre de Master.

Cependant, le Master 1 en France ne sanctionne aucune acquisition suffisante de connaissances. Le déplacement de cette sélection ne permettrait en aucun cas de résoudre le problème financier des Universités, et va à l’encontre de la volonté affichée de spécialisation.

La nécessité de prendre en compte la spécificité de chaque filière

 

L’UNEDESEP conclut donc que la sélection doit s’appliquer selon les particularités de chaque discipline. L’Economie-Gestion permet à ce titre plus de flexibilité que le Droit. Quant à l’AES, laquestion se pose moins, car il n’existe que très peu de Master 2 d’AES.

Ainsi, l’UNEDESEP appelle à être vigilant aux intérêts des étudiants selon leur discipline. Ce déplacement ne pourrait qu’accentuer le nombre de jeunes sortants du système universitaire sans être arrivés à un niveau satisfaisant de qualification pour une bonne insertion professionnelle.

Contact Presse : Alexandra DUPICHOT Présidente de l’UNEDESEP – 06.98.69.15.55

Reply