Contribution de l’UNEDESEP en sciences économiques

A l’issue d’une grande concertation, l’Union Nationale des Etudiants en Droit, Gestion, AES, Sciences Economiques, Politiques et Sociales (UNEDESEP) présente sa contribution sur l’avenir des études en sciences économiques.

Un constat s’impose : cette formation souffre aujourd’hui d’un manque de reconnaissance de la part des étudiants comme des professionnels, dû à 3 grandes problématiques : un manque de visibilité du contenu, de connaissance des débouchés, et d’appréciation des compétences.

Une formation trop mal connue

La formation en Sciences Economiques est souvent confondue avec les formations des écoles de gestion ou de commerce, entraînant des difficultés d’orientation des étudiants dues à des maquettes peu claires. De plus les plaquettes deformations qui mêlent à l’économie, diverses matières, contribuent parfois à un manque de cohérence d’ensemble. Cette filière souffre aussi d’un manque d’encadrement qui se traduit par une absence de stage obligatoire au cours de la licence, ou par deréelles carences linguistiques. En outre, la recherche en sciences économiques n’est pas assez reconnue et facilitée alors qu’elle recèle une grande richesse et se révèle extrêmement importante.

Des propositions d’avenir

En raison de ces problématiques touchant l’ensemble des étudiants en sciences sociales, l’UNEDESEP a élaboré neuf propositions pour pallier à ces carences :

  • Créer un système d’intégration et de remise à niveau dès la rentrée des primo- arrivants afin d’offrir un renforcement aux étudiants ayant échoués aux tests d’orientation active.
  • Adapter les maquettes afin d’améliorer la lisibilité de la formation et favoriser une spécialisation progressive autour de trois grands blocs cohérents : les enseignements fondamentaux ; les outils (statistiques, mathématiques, économétries) ; les enseignements d’ouverture.
  • Développer une analyse critique sur l’actualité économique par la création d’un enseignement spécifique pour créer un lien entre les compétences théoriques et la pratique.
  • Mettre en place une spécialisation en troisième année de Licence favorisant l’orientation des étudiants vers un Master ; ou vers l’insertion professionnelle à la fin du premier cycle.
  • Favoriser l’insertion professionnelle des étudiants par la mise en place d’un stage recommandé en fin de licence en instaurant une Unité d’Enseignement (UE) transversale et validant.
  • Homogénéiser les intitulés des masters généraux tout en encourageant l’innovation à travers des mentions plus spécifiques qui favorisent la lisibilité des diplômes pour les entreprises et les étudiants qui les choisissent.
  • Améliorer l’enseignement des langues en Licence tant par l’augmentation d’heures d’enseignement des langues vivantes  que par l’obligation pour les étudiants de faire certifier leurs acquis (par le TOEIC ou TOEFL) gratuitement en fin de cursus de licence.
  • Encourager les échanges internationaux afin de valoriser le parcours des étudiants en Sciences économiques en sensibilisant les directeurs de Masters quant à la valeur ajoutée des expériences à l’étranger et à la nécessité pour les étudiants de pratiquer couramment les langues.
  • Rendre obligatoire la présence de représentants étudiants dans les conseils de perfectionnement qui, par leur usage des formations, peuvent participer à l’articulation de la Licence au Master ou à l’insertion professionnelle.

Contacts Presse :

Pierre BARRACHAT, Président : presidence@unedesep.fr – 06 98 69 15 55

Benjamin ROUDET, Vice-Président en charge de la représentation : representation@unedesep.fr – 06 09 83 29 17

Retrouvez la contribution de l’UNEDESEP via ce lien : Contribution en Sciences Economiques

Reply