Criminologie : les étudiants en droit membres de l’UNEDESEP s’opposent à la création d’une section entièrement dédiée à la criminologie

L’UNEDESEP (Union Nationale des Etudiants en Droit, gEstion, AES, Sciences Economiques et Politiques) désapprouve la décision du Ministère de l’Enseignement supérieur quant à la création de la section CNU 75 permettant à la criminologie de devenir une discipline universitaire auto-nome et invite le Ministère à une réflexion plus globale sur la valorisation des sciences criminelles.

Pour l’UNEDESEP, la création de la section « criminologie » crée une confusion auprès des étudiants en Droit, laissant croire que la criminologie regroupe des champs d’études et de re-cherche identifiés, ce qui n’apparaît dans aucun des rapports remis au Ministère à ce sujet. La criminologie ne peut constituer une discipline à part entière puisqu’elle représente seulement une spécialisation au sein des sciences criminelles, à la croisée de différentes disciplines universi-taires telles que le droit, la médecine, la psychologie, la sociologie. De ce fait, l’UNEDESEP s’in-terroge sur la pertinence et la faisabilité d’un enseignement plus approfondi que ce qui existe déjà en la matière. La criminologie nécessite t-elle vraiment un plus grand volume d’horaire d’ensei-gnements et  d’enseignants?

De plus, l’UNEDESEP s’inquiète de l’effet d’annonce auprès des étudiants en Droit alors que les débouchés n’ont pas été clairement déterminés, condition essentielle aux choix de spécia-lisation au sein des études de Droit. La création d’une telle section ne doit pas  reposer sur un effet de mode, encore moins sur une demande politique mais doit être fondée sur une véritable réflexion qui répond à un besoin dans le milieu professionnel juridique.  De surcroît, elle doit être approuvée par la communauté universitaire afin que son existence soit légitime.

L’UNEDESEP affirme n’avoir été consulté à aucun moment sur les attentes étudiantes sur ce su-jet, du rapport Bauer à la publication des arrêtés de mars 2012.

L’UNEDESEP estime préférable que le Ministère approfondisse son étude sur la revalorisa-tion des sciences criminelles dans son ensemble au sein des formations juridiques, en concertation avec l’ensemble des acteurs de la communauté universitaire concernés afin que les étudiants en Droit qui souhaitent exercer une activité professionnelle dans ce domaine puissent bénéficier d’une formation adaptée aux exigences du milieu professionnel.

En ce sens, l’UNEDSEP soutient la motion votée à l’unanimité par la CP-CNU en date du 21 mars 2012  ainsi que les recours déposés contre les arrêtés du 15 mars 2012 de l’Association française de Droit Pénal en vue de la suppression des arrêtés du 15 mars 2012.

Contacts Presse: 

Joris Rivière, Président de l’UNEDESEP : 06.98.69.15.55 – presidence@unedesep.fr

Caroline N’Guyen, Chargée de Mission Représentation : 06.49.88.22.81 – representation@unedesep.fr

Reply