L’UNEDESEP réagit suite à la parution de la liste des Master 2 sélectifs : incohérence et incompréhension

Suite à la parution ce mercredi 13 avril 2016 de la liste des Master 2 pouvant opérer une sélection, l’UNEDESEP soulève plusieurs incohérences et s’inquiète de la mise en œuvre de cette liste.

L’engagement du Secrétaire d’Etat en charge de l’ESR, Thierry Mandon, était de sécuriser juridiquement cette sélection en établissant une liste exhaustive de formations pouvant mener une sélection à l’entrée du Master 2 qui n’a actuellement aucune base légale selon l’avis du Conseil d’Etat du 10 février 2016.

Dans sa contribution du 30 octobre 2015, l’UNEDESEP avait souligné l’importance de réfléchir à la constitution de cette liste en s’attachant à une réflexion filiériste, avec l’apparition des mentions des filières AES, juridiques et sociales pour que la sélection s’opère à l’entrée du Master 2.

Ainsi, comme le rappelait Sandrine Clavel, présidente de la Conférence des doyens des facultés de droit et de science politique, et Guillaume Leyte, Président de l’Université Paris II-Panthéon-Assas, lors d’une conférence, “la sélection à l’entrée de la deuxième année de Master se doit d’être sauvegardée si l’on veut bien considérer les universités autrement que comme les parents pauvres de la diplomation.”

En vertu de la liste publiée, il est important de souligner plusieurs incompréhensions et incohérences. La première d’entre elles, et la plus probante, réside dans un mélange entre les notions de “mention” et de “spécialité” en science sociales. Des Universités telles que celles de Lyon 3 ou de Poitiers obtiennent une liste énumérant, à priori, des Master 2 spécifiques alors que d’autres, comme l’Université Savoie Mont Blanc ont une liste qui rappelle les mentions générales des Master, le Master droit privé n’existant pas en soi mais étant une mention regroupant plusieurs Master 2.

Pour l’UNEDESEP et son réseau associatif, ce mélange entre les deux notions est inacceptable et incohérent lorsque l’on souhaite rendre un document clair permettant de sécuriser juridiquement le processus de sélection. De plus, si l’on raisonne en terme de mention, il est impossible avec un tel décret de savoir combien de Masters spécifiques sont regroupés exactement sous chaque mention générale. Du fait de ces observations, la démarche de regroupement des Masters sous les mêmes mentions n’est pas respectée et la sécurité juridique du futur décret semble extrêmement fragile à cause du flou dégagé par cette liste.

Au vu de la nécessité d’une sélection à l’entrée en Master 1 pour la filière sciences économiques et gestion, l’apparition de mentions de filières résonne comme un non sens. En effet, une sélection entre les deux années de Master d’économie gestion représenterait une rupture d’un cycle basé sur la continuité, ce qui reviendrait par conséquent à l’incohérence la plus totale.

L’UNEDESEP demande aujourd’hui au Ministère de l’Education Nationale, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche à ce que la liste soit clarifiée, tienne compte des spécificités filiéristes et fasse état de toutes les mentions de Masters nécessitant une sélection en Master 2. L’UNEDESEP tient aussi fermement à être un acteur dans les travaux de concertation, annoncés le Mercredi 13 avril par Thierry Mandon pour l’établissement de ce décret.

Reply