L’UNEDESEP réagit suite aux propos du Président de la conférence des doyens en droit

L’Union Nationale des Etudiants en Droit, Gestion, AES, Sciences Economiques, Politique et Sociales (UNEDESEP) réaffirme ses positions concernant l’organisation des études de droit et souhaite enrichir le débat suite à l’interview de Paul-Henri Antonmattei accordée à l’AEF.

Une licence adaptée aux étudiants en sciences sociales

L’UNEDESEP avait déjà eu l’occasion de se prononcer favorablement concernant la mise en place d’une spécialisation progressive (communiqué de presse du 27 février 2013). Elle préconisait que cette dernière se fasse dans le respect des spécificités des filières en sciences sociales sans amener à la disparition de la licence de droit et ainsi devenir une licence « club med ». C’est pour cela qu’il est primordial de proposer un parcours adapté aux étudiants hésitant encore sur leur professionnalisation ainsi que pour ceux ayant une idée précise de leur cursus. En effet, un étudiant s’inscrivant en première année de licence de droit devrait pouvoir, durant son premier semestre, choisir des Unités d’Enseignements complémentaires en économie afin de passer dans la licence susvisée au second semestre et ainsi utiliser une passerelle adaptée.

Par conséquent, il est nécessaire de définir des parcours de formations avec des degrés de spécialisation différents pour s’adapter aux attentes des étudiants. A l’heure où un diplôme seul ne suffit plus, il est primordial de développer des compétences autres que juridiques pour tendre vers une meilleure insertion professionnelle. L’acquisition de connaissances telles que l’économie, la science politique ou bien encore la gestion est aujourd’hui cruciale pour permettre de maîtriser pleinement les sciences juridiques.

La cotutelle : oui, mais pour quelle finalité ?

L’idée évoquée par le président de la Conférence des doyens en droit d’une cotutelle des facultés de droit entre le Ministère de la Justice et le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche semble être une idée judicieuse. Néanmoins, l’UNEDESEP s’interroge sur la pertinence d’une telle mesure et souhaiterait avoir plus de précisions sur le sujet, notamment sur les apports d’une cotutelle pour nos facultés. En effet le Ministère de la Justice ne couvre pas l’ensemble du secteur juridique ce qui laisserait penser à une mise à l’écart des autres formations comme par exemple le droit public.

Toutefois, suite aux propos tenus par le Doyen Antonmattei, l’UNEDESEP s’inquiète de la pertinence d’une possible séparation des Facultés de droit des Universités pour donner lieu à de « grands établissements ». En effet, ce système risquerait de dériver vers des écoles de droit privées. Gardons ainsi à l’esprit notre position commune adoptée contre l’école des Hautes Etudes Appliquées du Droit (HEAD). L’UNEDESEP reste attachée aux principes de l’Université sans sélection et à tarif accessible aux plus nombreux. Notre structure tient à rappeler que le développement de telles écoles risquerait de conduire à un appauvrissement de la valeur du diplôme universitaire en droit. A contrario, une modernisation de l’enseignement en droit passerait notamment par la mise en place de stages dès la licence, ce qui favoriserait l’insertion professionnelle et l’acquisition de compétences supplémentaires de plus en plus demandées par les employeurs.

L’UNEDESEP se félicite de la volonté de créer une commission ad hoc 

L’UNEDESEP salue  la volonté du professeur Antonmattei de créer une commission ad hoc de réflexion sur les problématiques liées à la profession d’avocat et notamment sur les Centres régionaux de formation professionnelle des avocats (CRFPA) à la suite du dépôt par le barreau de Paris d’un rapport en novembre dernier. L’UNEDESEP demande ainsi à ce que soient intégrés dans les débats des représentants étudiants, qui rappelons le, sont les premiers concernés.

Contacts presse : 

Pierre Barrachat, Président de l’UNEDESEP : presidence@unedesep.fr – 06 98 69 15 55

Benjamin Roudet, Vice-Président en charge de la représentation : representation@unedesep.fr – 06 09 83 29 17

Reply