Newsletter septembre 2015

Sommaire

  • 1- Actu de l’Enseignement sup’
  • 2- Actu de l’UNEDESEP
  • 3- Communiqué du mois
  • 4- Zoom sur le métier d’administrateur judiciaire
  • 5- Partenaire du mois : Acadomia

1 – Actu de l’Enseignement sup’

POINT SUR LA SELECTION EN MASTER

La question de la sélection en Master n’a jamais était aussi brûlante. Pour rappel de la situation actuelle, le passage entre le master 1 et le master 2 n’est pas garanti malgré l’obtention d’un diplôme de master 1. Ainsi, de nombreux étudiants se retrouvent chaque année dans l’impossibilité d’achever leur cursus. Depuis que le Tribunal Administratif de Bordeaux fin 2013, à contraint l’Université de la même ville à inscrire un étudiant en M2 alors qu’elle avait rejeté sa demande initiale, ce sont des nombreuses affaires qui arrivent sur les bureaux des tribunaux administratifs .

 Cet été, différents étudiants ont eu gain de cause contre leur Université. Parmi ces décisions, on constate que les solutions ne sont pas identiques. Certains tribunaux obligent directement l’Université à inscrire les étudiants en M2 en considérant que la sélection en master est illégale.  C’est le cas de Bordeaux  ou plus récemment de Montpellier (TA Montpellier 02/09/15). D’autres décisions suspendent le refus en considérant  que ce dernier n’est pas clairement motivé. Dans ce cas, le tribunal laisse un délai à l’Université pour motiver suffisamment ça décision (TA Besançon 13/03/15).

Cette situation de flou juridique s’explique par des bases juridiques contestées.

L’article L 612-6 du code de l’éducation prévoit un accès à tous les titulaires d’un diplôme de 1er cycle. Cet article prévoit des sélections dans les formations fixées par décret. Le problème est qu’actuellement, aucun décret n’a été pris pour préciser quels formations doivent faire l’objet de cette sélection. De facto, la sélection apparaît comme illégale tant qu’aucun décret n’est pris.

De leur côté, les Universités défendent la sélection en se basant sur « l’arrêté Master » en date d’avril 2012. Cet arrêté prévoit une admission en 2eme année de master sur sélection. Précisons que ce décret ne parle que d’une sélection pour les masters recherches et qu’il n’est à aucun moment évoqué le sort des masters professionnels.

Malgré l’accroissement des recours contre les décisions, il n’apparaît donc toujours pas possible de répondre à la question de la sélection en Master, les décisions de justice étant différentes les unes des autres. Dernièrement, trois étudiants ont formé un pourvoi en cassation devant le Conseil d’État à l’encontre d’une décision du tribunal de Besançon qui a rejeté leur demande d’annulation de leur Université.

Il apparaît comme urgent que la situation soit enfin et définitivement clarifiée tant pour les étudiants que pour les Universités. JL Salzmann président de la CPU (Conférence des Présidents d’Université) a eu l’occasion d’alerter Thierry Mandon fraîchement nommé Secrétaire d’État à l’Enseignement Supérieur, sur le fait que la solution du problème de sélection devait venir du gouvernement et non de la justice. Thierry Mandon a annoncé lors de l’Université d’été du Medef, l’ouverture de travaux sur les masters ayants pour objectif l’instauration de nouvelles règles pour la rentrée 2016.

2- Actu de l’UNEDESEP

Les Guides des Métiers sont là !!

Comme chaque année, l’UNEDESEP (Union Nationale des Etudiants en Droit, Gestion, AES, Sciences Economiques, Politique et Sociales) a le plaisir de vous présenter la nouvelle édition des guides des métiers en Droit, Economie, et Gestion. Revue et mise à jour, cette nouvelle édition fût tirée à 40 000 exemplaires pour satisfaire le plus grand nombre.

Pour rappel, ces guides ont vocation à dresser un tableau général des métiers auxquels les étudiants pourront postuler, sur concours ou en accès direct, à l’issue de leur formation en Droit, en Economie ou en Gestion. Outil indispensable pour appréhender les multiples perspectives d’avenir qu’offrent le Droit, l’Economie et la Gestion, ils sont déjà disponibles dans l’ensemble des associations de notre réseau.

« L’avenir ne se prévoit pas, il se prépare » Maurice Blondel.union22

3- Communiqué du mois

Le BNEI, la FENEPSY, l’UNEAP, l’UNEDESEP et l’UNEG réaffirment leur engagement au sein de la structure et des valeurs de PDE

Promotion et Défense des Etudiants Le BNEI, la FENEPSY, l’UNEAP, l’UNEDESEP et l’UNEG réaffirment leur engagement au sein de la structure et des valeurs de PDE Durant le premier semestre de 2015, des mesures difficiles ont été prises et discutées pour faire face à un contexte budgétaire complexe, deux élections nationales ont eu lieu (CNOUS et CNESER), et une concertation pour le Plan National de Vie Étudiante a été menée. Aujourd’hui, les établissements font face à un réel problème de capacités d’accueil des étudiants en leur sein ; le débat autour du flou juridique sur la sélection en master entraîne des réflexions sur l’orientation et l’insertion professionnelle des étudiants ; la mise en oeuvre de la StraNES suscite déjà des interrogations.

Pour chacun de ces travaux, Promotion et Défense des Étudiants a apporté des réponses, qu’il s’agisse de projets ou de positions et en a fait la promotion auprès de ses partenaires institutionnels.

Pour chacun de ces travaux, Promotion et Défense des Étudiants a appliqué son modèle ascendant : c’est l’ensemble de son réseau qui a élaboré et décidé de ses contributions et c’est l’unique organisation à le mettre en oeuvre.

Pour chacun de ces travaux, Promotion et Défense des Étudiants a tenu son engagement de respecter ses principes d’indépendance, de pluralisme et de subsidiarité.

Pourtant, dans son communiqué du 14 septembre, la FNEB remet en cause la mise en application de ces valeurs. Face à ce désaveu idéologique, le BNEI, la FENEPSY, l’UNEAP, l’UNEDESEP et l’UNEG, engagés ensemble au sein de PDE, tiennent à exprimer leur étonnement. PDE regrette la décision de séparation prise par la FNEB, en particulier au vu des investissements conséquents effectués par PDE ces dernières années pour préserver ses acquis.

Car si la situation difficile que PDE traverse ces dernières années est avérée, PDE reste l’unique organisation représentative étudiante à rassembler le mouvement associatif étudiant indépendant et a conforté cette position en maintenant son élu CNESER au mois de juin. Ces élections auront également permis de faire valoir l’efficacité du modèle de PDE à travers une profession de foi de qualité et porteuse pour l’avenir.

Le réseau PDE forme chaque année entre 2000 et 3000 associatifs et élus étudiants sur près de 60 événements nationaux ou locaux : il est inconcevable de voir son activité de formation remise en cause. C’est une expertise accumulée depuis 1994 qui lui a permis d’établir un socle d’une centaine de formations qui, là encore conformément à son modèle, sont systématiquement retravaillées pour s’adapter aux besoins des filières comme aux spécificités locales.

L’évidence de la situation est telle que PDE s’oriente vers l’avenir plutôt que de remettre en question ce qui est acquis. PDE revoit sa stratégie de représentation : aujourd’hui, c’est par une présence accrue au coeur même des travaux et des échanges qu’elle souhaite porter les propositions de son réseau, allant au-delà du processus de contribution déjà opérationnel.

Les activités partenariales et de développement d’outils numériques débutées l’année passée se poursuivent et seront étendues afin de répondre aux besoins de formation et d’information des monodisciplinaires, des associatifs et des élus étudiants. Le congrès de PDE en novembre fera l’annonce des projets de PDE pour l’année 2016 et sera l’aboutissement de la démarche anticipative mise en place cette année.

Le BNEI, la FENEPSY, l’UNEAP, l’UNEDESEP et l’UNEG, unis à travers PDE, rejettent le désaveu de la mise en application des valeurs qu’ils portent et réaffirment leur engagement pour la promotion et la défense de la cause étudiante au sein de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche.

Contacts presse :

Etienne GSTALTER, président – 06 64 69 67 73 – president@pde.fr

Thomas DUCADOS, vice-président – 06 24 74 31 27 – vicepresident@pde.fr

François GAUDRE, attaché de presse – 06 24 87 82 29– presse@pde.fr

4- Zoom sur le métier d’administrateur judiciaire

L’administrateur judiciaire est un auxiliaire de justice nommé par le Tribunal lors de procédures de redressement judiciaire ou de sauvegarde. Il est chargé d’assister le dirigeant afin de trouver des solutions pour régler les difficultés de son entreprise et en préparer le redressement.

L’administrateur judiciaire intervient afin de faciliter la continuation de l’exploitation. Il établit un diagnostic complet de l’entreprise et met tout en œuvre pour tenter de la sauver et limiter le nombre de licenciements.

Il élabore et présente au tribunal toute solution tendant à la sauvegarde de l’entreprise et au maintien de son activité dans le cadre d’un plan de continuation. Il reçoit et analyse d’éventuelles offres de reprise de l’activité et les soumet au tribunal en vue d’une cession de l’entreprise.

L’administrateur judiciaire intervient également en matière de prévention des difficultés des entreprises (conciliation, conseil …) directement à la demande des parties.

Conditions d’accès :

L’accès à la profession n’est pas simple et passe par 4 étapes.

Tout d’abord, il faut être titulaire d’un master 1 en droit, économie ou gestion, ou bien d’un DSCG (diplôme supérieur de comptabilité et de gestion) ou un DEC (diplôme d’expertise comptable).

Une fois le M1 en poche, il faut être admis à un concours spécifique permettant de devenir stagiaire.

Effectuer un stage d’une durée de 3 ans auprès d’un administrateur judiciaire consistant en la pratique d’activités permettant d’acquérir une expérience professionnelle dans le domaine.

A la fin des 3 ans de stage, il faut passer l’examen d’aptitude à la profession d’administrateur judiciaire. Cet examen ne peut être présenté que deux fois.

Profil de l’administrateur judiciaire :

* Compétences en gestion et en matières économiques et financières.

* Capacités d’écoute et d’adaptation

* Diplomatie, patience et compréhension

* Sens du contact et de la négociation.

Rémunération :

Le coût de l’intervention d’un administrateur judiciaire est supporté en règle générale par l’entreprise concernée sur la base d’un barème réglementaire.  Le salaire des administrateurs judiciaires est en moyenne de 200 000 € brut par an, cela peut aller jusqu’à 500 000 € pour les mieux rémunérés.

5- Partenaire du mois : Acadomia

Ce mois l’UNEDESEP vous propose de vous présenter son partenaire Acadomia.

Le groupe Acadomia, déjà présent et implanté dans de nombreuses villes étudiantes (110 au total), propose des services de professeurs particuliers ou en groupes et ce, de la primaire aux études supérieures.

Dans un désir perpétuel de recherche de nouveaux professeurs tout au long de l’année, Acadomia a donc décidé de créer des partenariats avec les associations étudiantes.

Une fois le partenariat en place, l’association partenaire est ajoutée sur une plateforme internet permettant aux étudiants désireux d’être professeur, de bénéficier des avantages du partenariat.

Pour ce faire, il a donc été mis en place une plateforme nommée « Polyteacher » qui permet aux étudiants de gagner un temps considérable sur la création de leur profil et de leur demande professionnelle.

Une fois la demande exécutée, le candidat est contacté dans les 72h suivant son enregistrement et une gratification est reversée à son association « parrain » que celui-ci devra avoir renseigné durant la procédure d’inscription.

Ce partenariat est très intéressant à la fois pour les étudiants qui bénéficient d’une inscription simplifiée, que pour les associations qui bénéficient d’une gratification, et pour Acadomia qui recrute donc de nouveaux professeurs plus rapidement.

Enfin, les associations membres du réseau de l’UNEDESEP pourront proposer des réductions sur des formations au TOIEC, TOEFL, l’écriture d’un CV ou encore pour la rédaction d’une lettre de motivation, formation toutes dispensées par notre partenaire Acadomia.

Ce partenaire est donc très utile pour notre structure et permet au local de vraiment en faire bénéficier les associations membres ainsi que leurs étudiants !

Avis aux futurs professeurs, Acadomia vous attend donc sur sa plateforme : http://www.polyteacher.fr/