Onisep et fiches d’orientation : incompétence ou mauvaise blague ?

Lundi 15 janvier avait lieu l’ouverture du site Parcoursup, nouvelle plateforme nationale d’admission en première année des formations de l’enseignement supérieur. Cette plateforme « permet aux lycéens, apprentis ou étudiants en réorientation qui souhaitent entrer dans l’enseignement supérieur à la rentrée 2018, de se préinscrire, de déposer leurs vœux de poursuite d’études et de répondre aux propositions d’admission des établissements dispensant des formations de l’enseignement supérieur (Licences, STS, IUT, CPGE, écoles d’ingénieurs, etc.). » Elle remplace la plateforme Admission Post Bac qui a fait couler tant d’encre l’an dernier.

Le même jour, l’Office National d’Information Sur les Enseignements et les Professions (ONISEP), établissement public sous tutelle du Ministère de l’Education Nationale et du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche lançait des fiches métiers via le site Terminales 2017/2018. Quelle ne fut pas notre surprise de voir que la référence en matière d’orientation qu’est l’ONISEP, a conçu des fiches métiers relayant non seulement des préjugés néfastes et archaïques sur les différents métiers mais a également inclus dans les dites fiches une rubrique “Ce métier me correspond-t-il” où nous pouvons apprendre qu’il faut « organiser des fêtes fréquemment » ou « traîner sur les réseaux sociaux » pour être avocat, aimer « réparer les machines à laver » et « s’occuper de ses frères et sœurs » pour être greffier, ou encore « expliquer un exercice de mathématiques à un de ses camarade » et « aider ses parents » pour être huissier.

Cette rubrique « maladroite » qui a été retirée dans les plus brefs délais reflète le climat de tension dans lequel se met en place le “Plan étudiant’’ mais surtout l’incapacité d’informer et d’orienter les futurs étudiants convenablement dans l’optique d’une politique efficace d’orientation entre le bac -3 et le bac +3.

L’orientation, selon les associations membres du réseau de l’UNEDESEP, est la principale mesure pour pallier à la mise en place de capacités d’accueil. Le vote de plusieurs motions au sein des institutions délibératives des établissements, contre les capacités d’accueil et contre les attendus, est le marqueur d’une incapacité à informer les lycéens sur leur avenir proche. L’UNEDESEP leur apporte tout son soutien.

La pression mise sur les épaules des établissements, pour mettre en  place une sélection dans le flou et l’urgence, alors que la loi « relative à l’orientation et à la réussite des étudiants », n’a pas encore été adoptée par le Parlement, est le pire moyen pour que la rentrée 2018 se passe dans de bonnes conditions.

L’UNEDESEP, appelle donc tous les élus étudiants à proposer aux Commission Formation et Vie Universitaire (CFVU) et aux Conseils d’Administration (CA) de leur établissement, de s’opposer à la mise en place d’attendus et de capacités d’accueil afin de préserver le libre accès à l’enseignement supérieur et d’éviter la mise en concurrence des établissements.

 

Reply